Raconte-moi ta photo

Trampoline – Training, Blake Gaudry (AUS).

Trampoline – Entraînement, Blake Gaudry (AUS).

On attribue quasiment à chaque athlète olympique une aptitude sportive particulière, et ce type-là était capable de voler, ce que la plupart d’entre nous ne ferons jamais.

Je suis entré dans la salle d’entraînement et il y avait ce gymnaste qui faisait ses exercices. C’était fantastique. J’essayais de le photographier, le plus simplement possible, en train de voler, seul, de flotter dans l’air dans ce grand espace. Sur cette photo, on dirait qu’il est suspendu dans l’air, comme un petit ange aux ailes déployées.

Le trampoline en gymnastique est un de ces sports absolument fascinants. Non seulement le gymnaste s’envole à six, sept ou huit mètres, mais une fois là-haut, il doit faire des figures que la plupart d’entre nous ne pourraient pas faire. Ensuite, quand il a terminé, on dirait qu’il atterrit, et une fois en bas, c’est de nouveau un humain comme un autre.

burnett - David Burnett

Plongeon hommes – Entraînement, un plongeur, dans les airs.

Il n’y a pas de technique magique. C’était juste l’éclairage parfait, l’athlète parfait et la position parfaite.

C’était une journée très spéciale pour moi car c’était le premier jour que je photographiais les sports à Rio, et la toute première fois que je prenais des clichés des entraînements dans les coulisses des Jeux. Il s’agissait pourtant de mes huitièmes Jeux Olympiques. L’entraînement dans les coulisses était un territoire totalement nouveau pour moi, et j’ai adoré dès le début.

J’ai pris plein de photos des plongeurs ce jour-là et c’était un de mes meilleurs reportages – et un de mes préférés – de tous ces Jeux. Pour cette photo, je me trouvais juste derrière le tremplin, là où les plongeurs rebondissent, un endroit où je ne pourrais jamais aller pendant une compétition. Et c’est aussi pour cela que cette photo est différente de celles qu’on a l’habitude de voir. On a l’impression qu’il tombe de plus haut, mais c’est faux : en fait, il a rebondi pour se trouver dans cette position.

J’ai aussi beaucoup aimé l’éclairage sur cette photo. La beauté des nuages y est certes pour quelque chose et l’athlète était dans une position parfaite.

Kasapoglu - Mine Kasapoglu Puhrer

Plongeon hommes – Entraînement, un plongeur, dans les airs.
Sports équestres / Concours complet – Marcus James Todd et Leonidas II (NZL).

Sports équestres / Concours complet – Marcus James Todd et Leonidas II (NZL).

Ils avaient tous les deux l’air complètement détendu et en harmonie, pas comme sur certaines photos où c’est soit l’animal soit l’athlète qui n’est pas à l’aise.

C’est une des très rares occasions où un athlète a posé pour un portrait. La photo a été prise dans l’écurie, qui est habituellement une zone inaccessible, mais j’ai pu y aller.

L’athlète était très détendu et son cheval très coopératif, en gardant la tête bien droite. On peut voir clairement qu’il y a une relation entre ces deux-là… ils vont particulièrement bien ensemble.

J’ai pris cette photo avec un appareil moyen format de 60 mégapixels, ce qui est très inhabituel aux Jeux Olympiques car il faut le bon réglage, la bonne lumière et tout le reste pour avoir un bon résultat.

huet - John Huet

Rugby à 7 hommes – Les équipes des Fidji (FIJ) 1e, de la Grande-Bretagne (GBR) 2e et de l’Afrique du Sud (RSA) 3e ensemble sur le podium.

Rugby à 7 hommes – Les équipes des Fidji (FIJ) 1e, de la Grande-Bretagne (GBR) 2e et de l’Afrique du Sud (RSA) 3e ensemble sur le podium.

D’habitude, on ne voit pas cet esprit de camaraderie, cette union, genre « nous sommes tous des joueurs de rugby ». On voit les trois équipes poser, mais pas se mélanger comme elles le font ici.

Cette photo a été prise après la cérémonie de remise des premières médailles en rugby masculin depuis les Jeux Olympiques de 1924. Les équipes médaillées d’or, d’argent et de bronze se sont réunies pour une photo. J’étais là, au milieu d’une centaine d’autres photographes, à essayer de prendre un cliché de toutes ces personnes en train de célébrer ensemble. Et j’ai trouvé ça vraiment super car ce n’est pas souvent qu’on voit ça. Je ne sais pas si les joueurs en ont réalisé l’impact, si c’était totalement spontané. Je pense que ça l’était, qu’ils se connaissaient déjà tous très bien et qu’ils ont vécu un grand moment ensemble.

Evans - Jason Evans

Natation, 50m nage libre hommes – Qualifications, Meli Malani (FIJ) (bonnet or), Ahmed Attellesey (LBA) (bonnet noir) et Dulguun Batsaikhan (MGL) (maillot rouge).

J’étais étonné quand j’ai vu cette photo car elle montre que chaque nageur a sa propre manière d’entrer dans l’eau.

Je voulais faire une photo qui montrait non pas qui a gagné la course mais plutôt l’incroyable puissance athlétique que l’on voit au début d’une course. Alors ici, j’ai essayé de saisir ce qui se passe au moment où les nageurs entrent dans l’eau car, lorsqu’ils plongent tous dedans, c’est un vrai tourbillon et on n’arrive pas à voir le mouvement que fait chaque athlète. On pense qu’ils font tous la même chose, mais on se rend compte ici qu’il y en a qui ont les bras en l’air, d’autres les bras en bas, d’autres encore les mains en arrière… Chacun a sa propre manière de faire.

Ça se passe très vite. L’essentiel est d’avoir un appareil qui offre une fréquence d’images élevée. Vous regardez ensuite chaque image, qui sera très différente de la précédente et de la suivante bien qu’il n’y ait peut-être qu’un trentième de seconde entre elles. Avec l’évolution de la technologie ces dix dernières années, les appareils photographient tellement plus vite qu’on arrive à voir des images qu’on ne pouvait pas voir avant.

burnett - David Burnett

Natation, 50m nage libre hommes
Natation synchronisée, en duo femmes – Entraînement, les jambes des nageuses.

Natation synchronisée, en duo femmes – Entraînement, les jambes des nageuses.

Vous vous promenez, en quête d’une nouvelle opportunité, et si elle vous échappe, vous saisissez la suivante. C’est comme une aventure !

Ce jour-là, je photographiais la gymnastique, mais la compétition s’est terminée tôt. Il me restait du temps, alors j’ai décidé de me promener dans le parc olympique, dans les coulisses, les zones d’entraînement. J’ai vu qu’il y avait une compétition de plongeon. J’ai essayé d’entrer mais je ne trouvais pas mon chemin. Quelqu’un m’a dit de faire le tour du site et c’est là que j’ai vu les équipes de natation synchronisée s’entraîner dans le bassin d’entraînement extérieur. Je ne savais même pas qu’il y en avait un. La lumière était vraiment belle à ce moment-là. C’était juste avant le coucher du soleil. Alors j’y ai vu une opportunité… et j’ai oublié le plongeon !

Lorsque je suis arrivée là-bas, il y avait ces équipes de natation synchronisée qui s’entraînaient ensemble, autour de moi, vraiment tout près de moi. Sur cette photo, vous pouvez voir en arrière-plan six ou sept athlètes debout. Pendant que je prenais cette photo se trouvait juste à côté de moi une autre équipe de nageuses qui se préparaient, s’étiraient. J’étais vraiment au milieu de tout cela… Je pouvais voir à quel point elles avaient travaillé, qu’elles étaient au meilleur de leur forme, et il s’agissait là des dernières séances d’entraînement avant leur compétition. Il y avait une telle énergie potentielle à libérer… et le monde entier était sur le point de les regarder.

kasapoglu - Mine Kasapoglu Puhrer

Lutte – Entraînement des lutteurs.

C’était si inhabituel à regarder, à expérimenter… Je dois dire que c’était plutôt extraordinaire, cette idée qu’ils se soient tous mis à s’entraîner ensemble, comme ça.

Cette photo a été prise dans la zone d’entraînement de la lutte, avant le début des Jeux. J’ai vu l’équipe cubaine arriver, puis ça et là des membres d’autres équipes, et tout d’un coup il y a eu cet entraînement en commun.

Celui qui a pris l’initiative, c’était cet énorme poids lourd cubain, multiple médaillé d’or. Il ne parlait pas beaucoup, mais ils ont commencé à faire des tours autour des deux tapis, puis ils ont fait tous ces exercices de gymnastique et autres.Ensuite, j’ai vu cet homme immense se pencher en avant et poser ses coudes sur ses genoux. Le gars derrière a sauté par-dessus lui, s’est arrêté devant et s’est penché à son tour. Et le jeu de saute-mouton a commencé.

Après cela, pendant une heure et demie, ils ont fait de la lutte, en choisissant comme adversaires des athlètes d’autres pays. Ils font cela pour ne pas avoir à s’entraîner tout le temps avec la même personne. Je crois que les athlètes des autres pays étaient super contents de pouvoir se mesurer aux Cubains.

huet - John Huet

Lutte – Entraînement des lutteurs.
Football hommes – Finale, Allemagne (GER) 2e – Brésil (BRA) 1e.

Football hommes – Finale, Allemagne (GER) 2e – Brésil (BRA) 1e. Lors des tirs au but, Neymar Jr marque contre les Allemands.

Dans les tribunes, tous les spectateurs sont sous tension et se tiennent la tête car le but n’a pas encore été marqué.

Pour les tirs au but, j’ai décidé de me concentrer sur les spectateurs. Les deux équipes avaient marqué chacune leurs quatre premiers tirs. Et ça allait être le cinquième. Si Neymar marquait ce but, ils gagneraient le match ; s’il ne le marquait pas, il y aurait d’autres tirs au but.

Sur cette photo, on peut voir les joueurs brésiliens à genoux en train de prier. Il y a Neymar, et il y a le ballon qui va dans l’autre sens… Ils viennent de gagner et la foule est sur le point d’éclater de joie.

Je me disais : « Bon, je sais qu’il y aura des photos du but, il y aura des photos de Neymar en train de célébrer, et c’est très bien car ce sont des photos importantes à prendre. Mais là, ce sont les spectateurs qui font l’histoire ; c’est ce qu’on entend toujours ici à Rio. »

Alors j’ai photographié tout ce qui se passait en faisant la mise au point sur les tribunes. L’équipe à genoux est floue, Neymar et le gardien du but sont flous, mais les spectateurs sont nets.

Evans - Jason Evans