ANVERS 1920 : L’EDITION DES PREMIERES

Les valeurs exprimées par des rituels

Les Jeux de la VIIe Olympiade sont attribués à Anvers, faisant suite à sa candidature déposée en 1914 : un hommage à une Belgique héroïque durant la Première Guerre mondiale.
Ils sont inaugurés par Pierre de Coubertin et Sa Majesté Albert 1er, roi des Belges.

A plus d’un titre, cette édition marque l’histoire des Jeux Olympiques.

 

LA PREMIERE APPARTION DU DRAPEAU OLYMPIQUE, L’UNITE

 

Si les anneaux entrelacés, identité visuelle du Mouvement olympique, sont conçus dès 1913 par Coubertin, ce n’est que sept ans plus tard que le drapeau flotte pour la première fois dans un stade.

 

Anvers 1920 : L’un des symboles aujourd’hui les plus connus au monde, fait son apparition au grand jour. © CIO

 

Le drapeau exprime l’activité du Mouvement olympique, l’union des cinq continents et la rencontre des athlètes du monde entier. Coubertin l’évoque lui-même ainsi dans son ouvrage « Autour de la VIIe Olympiade » :

[…] l’apparition du drapeau olympique, dont les cinq anneaux enlacés, multicolores sur fond blanc, évoquent les cinq parties du monde unies par l’Olympisme, en même temps que s’y retrouvent les couleurs de toutes les nations. »

 



L’un des drapeaux olympiques utilisé lors des Jeux d’Anvers est conservé dans les collections du Sportimonium, musée du sport, situé à Hofstade (Belgique) et membre du Réseau des Musées Olympiques (OMN). © Sportimonium

 

 

Anvers 1920 : Le défilé des 2’626 athlètes des 29 nations participantes, tous unis sous le drapeau olympique. © CIO

 

 

PREMIER SERMENT OLYMPIQUE, LE RESPECT

 

Il est prononcé par l’escrimeur belge Victor Boin, héros de la Grande Guerre, au nom de tous les concurrents présents jurant de respecter les règles, les juges et leurs adversaires.

 



« Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d’y participer dans un esprit chevaleresque, pour l’honneur de nos pays et pour la gloire du sport ». © CIO

 

 

PREMIER LACHER DE COLOMBES, LA PAIX

 

Au sortir de la guerre, la cérémonie des Jeux d’Anvers se transforme en un plaidoyer pour la paix comme le montre cette image de soldats en uniformes libérant des colombes portant chacune un ruban aux couleurs des nations !

 



Anvers 1920 : Les soldats agenouillés ouvrent les cages des colombes. © CIO

 

 

INCARNER L’ESPRIT OLYMPIQUE

 

L’édition d’Anvers voit l’introduction de rituels étroitement liés aux valeurs qui fondent l’esprit olympique.

Autant de références qui font des Jeux Olympiques un événement exceptionnel qui se distingue des autres grands rendez-vous sportifs.

Avec l’allumage de la flamme introduit en 1936, ils font aujourd’hui entièrement partie du protocole de toutes cérémonies d’ouverture des Jeux.

Et c’est bien « tous solidaires, unis sous le même drapeau » que le Mouvement olympique, hier comme aujourd’hui, entend contribuer à un monde meilleur par le sport.

 

© CIO